Aujourd’hui, on entend parler du bodypositive à toutes les sauces. Mais quelle est vraiment la signification de ce terme et surtout, quelles sont les figures de ce mouvement ?

Pour certains, le bodypositive, est une excuse créée par les dîtes minorités, pour rester entre elles. Or, c’est bien plus que cela. Le bodypositive est un mouvement social, dans le but d’accepter mais surtout d’apprécier tous les types de corps. A bas les préjugés selon lesquels le bodypositive s’inscrit dans une démarche de « gros » pour se défendre des commentaires haineux que l’on retrouve sur les réseaux sociaux, notamment.

A vrai dire, le bodypositive n’est pas si récent puisqu’il faut remonter à 1996. En effet, il s’agissait à la base d’une organisation créée par Connie Sobczak, aujourd’hui reprise par sa sœur Elizabeth Scott, au Etats-Unis dans le but d’aider les personnes à avoir une meilleure image d’elles-même sans se soucier des normes établies pas nos sociétés.

Très longtemps critiqué, cette organisation, devenue un réel mouvement, à aujourd’hui traversé le monde, des Etats-Unis jusqu’à la France pour venir en aide à des milliers des personnes. L’idée est aujourd’hui de se réconcilier avec son corps, sa morphologie telle qu’elle est, et non pas telle qu’elle devrait être selon les diktats de beauté.

En outre, c’est grâce aux réseaux sociaux, et principalement à Instagram que l’on a pu retrouver de plus en plus de mouvements et d’actions s’inscrivant dans la démarche du bodypositive, encourageant la diversité et l’estime de soi.

Sur Instagram, le bodypositive est retrouvé sous forme de nombreux hashtags. Associés à des photos, brutes, sans retouches ni filtres, elles montrent la beauté du corps humain, sans nécessiter d’étiquette.